Crédit immobilier : les taux commencent bien l’année.

Très attractifs tout au long de l’année 2013, les taux de crédit immobilier continuent de l’être en ce début 2014. Une situation favorable au marché immobilier toujours en attente d’une reprise réelle. Ces conditions recherchées par les emprunteurs pourraient toutefois ne pas perdurer. Un changement de politique monétaire aux Etats-Unis pourrait avoir rapidement une influence préjudiciable aux taux longs en Europe et donc en France, où l’OAT 10 ans joue le rôle de régulateur des taux de crédit aux particuliers.

A l’aube de l’année 2014, les taux affichent des valeurs moyennes performantes, dans la continuité du mouvement initié en 2013 : 2,55% sur la durée de 15 ans et 2,82% sur 20 ans, selon le courtier en crédit Cafpi. A l’heure où chacun se plie aux pronostics pour l’année en cours, Cafpi se démarque de la plupart des professionnels du secteur en mettant en garde contre une hausse probable des taux de crédit aux particuliers. Le courtier anticipe en effet un changement dans la politique monétaire des Etats-Unis qui aurait des répercussions sur les emprunts d’Etat de la zone euro.

Dans un contexte de reprise avérée aux Etats-Unis, la FED réduit son aide à l’économie américaine et si, pour le moment, elle ne prend pas la décision de remonter ses taux directeurs, elle pourrait à terme changer d’avis si une poussée inflationniste intervenait. La conséquence sur le marché européen serait une hausse des taux des obligations d’Etat à long terme, soit en France l’OAT10 ans qui constitue la référence utilisée par les banques pour définir les taux d’intérêts appliqués aux crédits immobiliers à taux fixe sur 15 ans.

etat-lieux-immobilier

Pas d’affolement pour le moment, les marchés anticipent d’ores et déjà ce type de scénario. Si remontée il y a, elle ne sera pas brutale. Il n’empêche, la performance actuelle des taux d’intérêts n’a rien d’acquis, et comme les chances que le gouvernement mette en place de nouveaux dispositifs d’aide aux primo-accédants et à l’investissement locatif sont maigres, mieux vaut profiter de la fenêtre encore ouverte.